Se connecter - S'inscrire et proposer des classements

Bientôt 1 million de votes !!

Free

Free





Free / Free Mobile / Free ADSL



En 1991, Xavier Niel achète Fermic Multimedia, un éditeur de services télématiques réservés aux adultes « Minitel rose », créé dans les années 1980 et le rebaptise Iliad.



Fournisseur d'accès internet :



En septembre 1994, Iliad se lance dans le marché de la fourniture d'accès à Internet. Le groupe choisit d'interconnecter ses services télématiques Minitel avec l'Internet exploité par Worldnet, sous l'adresse « 3615 WORLDNET ». C'est la première interconnexion de ce genre[réf. nécessaire], en France. À partir de 1996, Iliad lance le service « 3617 ANNU », une filiale qui développe, produit et commercialise des services d'annuaire inversé.



En 1999, Iliad obtient des licences de télécommunication de type L. 33-1 et L. 34-1, afin d'exploiter son propre réseau de télécommunications et commercialiser des services de télécommunication destinés au public. Dès lors, le réseau Free voit le jour. En 2000, la société d'investissement Goldman Sachs investit 15 millions d'euros dans le groupe. Avec cet apport, Iliad entreprend le déploiement de son réseau de télécommunications et l'interconnexion avec celui de France Telecom. À la même période, l'entreprise cesse ses activités télématiques Minitel, à l'exception de celles opérées par sa filiale « 3617 ANNU ». En décembre 2001, Iliad rachète pour dix ans, la licence d'exploitation de « One.Tel » à l'entreprise britannique Centrica Télécommunications. Le groupe français entend dès lors développer ses recherches pour le développement de son terminal multimédias « Freebox ».

À compter de l'année 2001, la société dégage un résultat net positif.

À l'automne 2002, l'offre « Free haut débit à 29,99 euros par mois » est lancée alors qu'à la même période, l'ensemble de ses concurrents proposent une offre voisine de 45 euros par mois. La même année, Free entreprend le dégroupage des premières lignes à Paris et quitte l'Association française des fournisseurs d'accès et de services Internet. Le dégroupage Free dans les grandes villes de province se déploie dès 2003.

Iliad acquiert Kertel qui devient une filiale spécialisée dans la vente de cartes de télécommunication prépayées. À partir de mars 2003, Iliad devient le deuxième fournisseur Internet DSL français derrière l'opérateur historique France Telecom.

En 2004, la Bourse connait l'entrée de l'action Iliad. L'opérateur lance en septembre de la même année, la quatrième version de sa Freebox désormais sous forme de routeur équipé de Wi-Fi. Iliad déploie le dégroupage total dans les grandes villes. En 2005 et en partenariat avec Canalplay de Canal+, Iliad propose la première offre de vidéo à la demande par DSL. Le groupe acquiert la société de télécommunications Altitude Telecom dans le but d'exploiter sa licence Wimax nationale exclusive. En mai 2006, la Freebox version 5 est équipée d'un disque dur avec fonction PVR, notamment dédié à l'enregistrement audio-vidéo de certains contenus diffusés ainsi qu'un récepteur TNT. Cet équipement permet de capter et restituer les signaux de télévision en haute définition. À l'occasion de ce lancement, une offre de type « illimitée » incluant les appels vers les téléphones mobiles est commercialisée. La Freebox « version 5 » est composée de deux boîtiers séparés, l'un est relié à la ligne téléphonique et selon sa fonction de modem et l'autre à l'écran de télévision pour les fonctions audio/vidéo. Ces deux boîtiers peuvent communiquer sans fil grâce au WIFI MIMO ainsi que via des liaisons de type CPL exploitant le réseau électrique.

Iliad annonce une offre d'accès en fibre optique à très haut débit de type FTTH pour le premier semestre 2007, laquelle conserve le tarif standard de l'offre DSL Free. Dans un premier temps disponible à Paris, cette offre s'étend ensuite progressivement sur quelques grandes villes. Dans le cadre du développement de cette offre, le groupe acquiert la société Citéfibre, spécialisée dans la technologie FTTH.

Le 13 mars 2007, Iliad annonce la nomination de l'un des dirigeants opérationnels du groupe TF1 Maxime Lombardini et le nomme à la Direction du développement du groupe Iliad, pour compenser le départ de Michael Boukobza à la même période.



Le 9 juin 2008, Iliad annonce être entré en négociation exclusive avec l'opérateur italien Telecom Italia en vue de la prise de contrôle du fournisseur d'accès à internet Alice pour un montant maximum de 800 millions d'euros. Alice dénombre en 2008, près de 800 000 abonnés, ce qui permet à Free de retrouver sa place de leader d'Internet en France, derrière l'opérateur historique Orange mais devant Neuf Cegetel qui a pris sa place en 2007.



En juillet 2008, Iliad obtient le feu vert des banques pour l'acquisition du FAI Alice. L'opération est finalisée le 26 août 2008 pour un montant de 775 millions d'euros, officialisant ainsi la première grosse acquisition en France sur le marché DSL. Iliad revendique dès lors sa seconde place sur le marché de l'internet haut débit français avec près de 4 millions d'abonnés et une part de marché estimée à 25,5%. Le redressement financier d'Alice passe toutefois par une réduction des frais de structure, un plan de sauvegarde de l'emploi et donc des centaines de licenciements.



Free Mobile :



En décembre 2009, la filiale d'Iliad Free Mobile reçoit l'autorisation de l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) lui permettant de devenir le quatrième opérateur de téléphonie mobile français, après l'opérateur historique Orange, SFR du groupe Vivendi et Bouygues Telecom. La licence s'élève à 240 millions d'euros lui est officiellement attribuée en janvier 2010. L'opérateur doit proposer ses services à partir de l'année 2012, au plus tard. En décembre 2011, Iliad obtient le droit de commercialiser son offre de téléphonie mobile : « Free mobile promet de diviser par deux la facture de téléphone des français ! ». Le mardi 10 janvier 2012, lors d'une conférence de presse que les médias comparent à celle de Steve Jobs pour Apple, Xavier Niel dévoile à la fois les offres commerciales de Free Mobile et sa stratégie dont l'objectif visé consiste à proposer des tarifs compétitifs et une offre dite « sociale » à 2 euros par mois.





Apparait dans le classement :




D'autres photos :

Pas de commentaire


Il n'y a pas de commentaire pour le moment.

Soyez le premier a donner votre avis !


Laisser un commentaire :


Pseudo :
E-mail :
Site web :
Captcha :